Spécial - Higuain vs Benzema, le clash !

A une semaine du rendez-vous capital de Ligue des Champions entre l’Olympique Lyonnais et le Real Madrid , Goal.com s’est livré à un comparatif entre l’ancien rhodanien Karim Benzema et l’Argentin Gonzalo Higuain, concurrents au sein du club Merengue. Découvrez nos conclusions !
"On a beaucoup critiqué le transfert d'Higuain, qui a coûté 9 millions d'euros. Je ne sais pas s'il est le meilleur attaquant mais il est très efficace. Benzema n'est pas un mauvais joueur. Il est fantastique. Mais c'est vrai qu'Higuain était un pari. Et mon entraîneur de l'époque, Fabio Capello, ne le voyait pas bien au départ. Je lui disais : "Higuain, il ne va pas mettre 12 buts dans cette équipe. Il va en mettre 12 par match !" Ramon Calderon se souvient de ce joueur à la coiffure mal fagotée qui peinait à s’affirmer comme le futur grand attaquant du Real après son arrivée, en janvier 2007, dans un club obsédé par la quête perpétuelle de son glorieux fantôme.  Il y avait alors deux choix, deux bifurcations dans la destinée de « Pipita », se battre avec ses armes dans un vestiaire infesté d’attaquants de talent, ou céder et arroser le marronnier des contempteurs qui reprochaient (et reprochent toujours) au Real sa politique d’outre-mangeur et de briseur de jeunes joueurs.

Deux grands attaquants, une seule petite place

Deux ans après, la présence d’un très grand attaquant se fait sentir, cruellement, pour ses adversaires. Pipita fait mal. Plein de confiance, il tente des gestes impossibles, et bougre de lui, il les réussit. Un signe latent de confiance et d’un mental de feu, qualités essentielles pour tout attaquant, a fortiori lorsqu’il officie avec la tunique blanche, fameuse et lourde d’histoire comme d’une pression au monticule quasi-visible à l’œil nu sur les épaules des nouveaux venus. "Je n'abandonne jamais. L'adversité me rend plus fort, et c'est ce qui m'a permis de devenir meilleur, sur le terrain et en dehors. Cela a été dur pour moi de m'imposer ici et d'être appelé en équipe nationale. Mais j'ai réussi jusqu'ici. Ça me rend heureux, et j'espère bien que ça va continuer dans cette direction". 12 buts en seulement 11 titularisations (15 matches au total), il n’y a aucune raison que ça s’arrête.

En face, Karim Benzema. Un des derniers fleurons de la fabrication française, un des derniers produits de luxe du formidable vivier que constitue la Ligue1. Parti pour conquérir l’Espagne, pour évoluer au sein du club dont il a toujours rêvé, l’ancien lyonnais tarde à s’adapter à son nouvel environnement (7 buts pour 19 matchs de Liga disputés). Son entraineur Manuel Pellegrini en est pourtant « totalement satisfait » tandis que son directeur sportif le considère forcément « meilleur » que Zlatan Ibrahimovic, car étant plus jeune et disposant d’une plus grande marge de progression. Il manque peut-être à "Benz" ce but ultra important qui sauve son équipe pour lui faire franchir les digues qui l'empêchent encore d'exprimer son pleinement son talent, comme... Higuain  en 2007 face à l'Espanyol Barcelone (étrange d'ailleurs comme le Lyonnais rappelle l'ancien joueur de River Plate lors de sa première année). Pour l'heure, le Français et le natif de Brest cohabitent, s’apprécient, mais l’instinct du buteur, foncièrement égoïste, reprend vite le dessus, ce qui nous amène, inéluctablement, vers le clash...

La moyenne Goal.com est calculée artithmétiquement sur le total des compétences.



Etes-vous d'accord avec ces notations ? Livrez-nous vos propres appréciations de chaque joueur dans les commentaires !